POUR ELON MUSK, LES HUMAINS DOIVENT FUSIONNER AVEC LES MACHINES… OU DISPARAÎTRE

[Total : 0   Moyenne : 0/5]
ELON MUSK
ELON MUSK

Selon le milliardaire, il faudrait inventer une interface neuronale permettant à notre cerveau de dialoguer avec les ordinateurs à haut débit. Sinon, nous risquons d’être largués.
Connu pour ses digressions futuristes, le milliardaire Elon Musk vient à nouveau de marquer les esprits au travers d’un discours tenu à l’occasion du World Government Summit de Dubai. Selon le patron de Tesla, la montée en puissance de l’intelligence artificielle risque d’éclipser les êtres humains dans tout un tas d’activités. Exemple: la conduite automobile avec l’arrivée des voitures autonomes. Pour éviter que les humains ne se retrouvent relégués à des tâches subalternes, il faudrait réussir à “fusionner l’intelligence biologique et l’intelligence numérique”. En d’autres termes, il faudrait que le cerveau humain puisse se connecter directement aux machines, et notamment par l’intermédiaire d’un “cordon neuronal” (“Neural lace”), comme le relate TechCrunch.

Un tel dispositif permettrait, en particulier, de résoudre le problème de “bande passante” dans les interfaces homme-machine actuelles. Alors que les machines sont capables de communiquer à une vitesse de l’ordre de mille milliards de bits par seconde, l’utilisateur humain n’atteint que 10 bits par seconde, que ce soit par l’intermédiaire d’un écran tactile ou par un ensemble clavier-souris. “Une grande bande passante vers le cerveau permettrait d’atteindre une symbiose entre intelligence humaine et numérique et pourrait résoudre la perte de contrôle et la perte d’utilité [de l’homme]”, explique Elon Musk, selon The Verge.

Une telle interface cerveau-machine ne demanderait pas forcément de grande intervention chirurgicale. Lors d’une précédente conférence qui s’est déroulée en 2016, le visionnaire avait déjà abordé cette problématique et estimé que l’on pourrait peut-être se servir du réseau sanguin qui irrigue d’ores et déjà tous nos neurones à haute vitesse. La manière dont une telle connexion pourrait se concrétiser reste évidemment un mystère.

Fin programmée pour « Homo sapiens »

[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Fin programmée pour « Homo sapiens »
par Marcus D. Besnard

Installée en plein cœur de la Silicon Valley, l’université de la Singularité  s’est donné pour vocation d’enseigner aux entrepreneurs la maîtrise des technologies « exponentielles » — intelligence artificielle (IA), neurosciences, nanotechnologies, génie génétique. Be exponential est le slogan du site… Sa philosophie est liée à son intitulé : la « singularité » désigne le moment, hypothétique, où l’intelligence humaine sera irrémédiablement dépassée par l’IA. Ce concept est la clé de voûte du transhumanisme. Pour rivaliser avec les superordinateurs, les transhumanistes prescrivent une humanité « augmentée », c’est-à-dire aux capacités décuplées par des améliorations technologiques du corps. Ray Kurzweil, principal fondateur de l’université de la Singularité, pense ainsi que l’immortalité serait possible à l’horizon 2030, où nous pourrions transférer notre esprit dans des machines. Exit Homo sapiens.

L’entrepreneur américain Elon Musk fait partie de ceux qui œuvrent à ce futur transhumaniste. Célèbre pour être à l’origine de projets comme le train subsonique Hyperloop, les voitures électriques Tesla ou le tourisme spatial avec SpaceX, il a annoncé en 2017 avoir fondé Neuralink. Cette start-up a pour mission d’élaborer une connexion directe entre le cerveau humain et les ordinateurs, en implantant des électrodes dans le cortex cérébral. L’utilisation serait d’abord médicale — pour soigner des pathologies neurologiques, comme la maladie de Parkinson — mais pourrait ensuite être généralisée, faisant de nous des cyborgs (mi-hommes, mi-machines) capables de transférer nos souvenirs sur le nuage informatique.

Une telle philosophie semble tout droit sortie de la science-fiction. Le concept même de singularité a été inventé par l’écrivain américain Vernor Vinge, qui l’a théorisé en 1993. La technologie développée par Neuralink a été nommée neural lace (« lacet neuronal »), un terme que M. Musk emprunte à l’auteur britannique Iain M. Banks, qui imaginait déjà cette invention dans son cycle « La Culture ». Ce n’est pas la première fois que M. Musk s’inspire de Banks : deux bases de lancement SpaceX ont reçu les noms que l’écrivain a donnés à des vaisseaux spatiaux. Comme le relève 1843, la revue bimestrielle de l’hebdomadaire anglais The Economist : « Pour comprendre la façon dont pensent les magnats des nouvelles technologies, lire les romans de Banks est un bon début. » Les livres de Banks se déroulent dans une société future où la singularité est advenue : les IA sont désormais des consciences quasi divines. Les humains ne peuvent plus les égaler, mais la science permet de modifier son corps à volonté, la maladie et la mort n’existent plus… Banks n’est pas une exception, les auteurs de science-fiction qui évoquent une suprématie des IA sont légion. Le Britannique Charles Stross, par exemple, figure ainsi un avenir où les humains apparaissent comme des primitifs laissés pour compte dans l’évolution, seuls les hommes « augmentés » pouvant rivaliser avec les machines devenues omnipotentes.

Si cette littérature de science-fiction paraît nourrir les conceptions transhumanistes, elle s’avère également en être un puissant vecteur critique. Avec Zero K, le grand Don DeLillo imagine ainsi un institut proposant à des milliardaires de les cryogéniser (c’est-à-dire de conserver leurs corps à très basse température), et sonne l’alerte sur la quête d’immortalité du transhumanisme, qu’il dépeint comme une secte convaincue que la fortune permettrait d’acheter le statut d’homme-dieu. Mais l’humain « transhumanisé » n’est plus qu’un corps, sans personnalité ni émotion, un objet mécanique désincarné dont on peut changer les pièces et la batterie, comme un téléphone. Une humanité « augmentée » n’a alors tout simplement plus rien d’humain.

LE TRANSHUMANISME: REPOUSSER LES LIMITES DU CORPS HUMAIN

[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Ne pas connaître la fatigue, voir dans le noir, vivre près de 1000 ans… ça serait cool non? Que ça vous plaise ou non, c’est la vision du futur des transhumanistes.

Le transhumanisme est un mouvement de pensée qui entend développer des techniques pour optimiser la santé et les capacités autant intellectuelles que physiques de l’être humain, et ce, dans le but d’allonger sa durée de vie. De ce fait, l’être humain deviendra l’homme augmenté, l’homme plus ou encore le surhomme.

Les transhumanismes se penchent sur la possibilité qu’en 2050 les êtres humains soient pratiquement éternels… Ces derniers pourront vivre jusqu’à 700 voire 1000 ans, grâce à des innovations technologiques qui sont entrain de développer. Est-ce que vous y croyez-vous? Les avancées technologiques seront-elles nous transformer en surhomme d’ici les 30 prochaines années?

Innovations repoussant les limites du corps humain

Yeux

– Saviez-vous qu’il est dorénavant possible de redonner la vue aux aveugles? Des greffes d’implants rétiniens électroniques que les chirurgiens viennent placer dans le fond de l’oeil sont maintenant possibles, permettant ainsi de redonner une vue partielle aux aveugles.

Membres bioniques

– Imaginez un avant-bras contrôlé par la pensée, connecté, équipé d’une plateforme d’atterrissage pour mini drone, capable de soulever des charges énormes… Les membres bioniques se démocratisent de plus en plus. Ce ne seront plus que les amputés qui auront le droit à cette nouvelle technologie, mais bien tous ceux et celles qui souhaitent augmenter leur capacité physique! Courir plus vite, sauter plus haut, nager tel un poisson… sera chose possible!

Cerveau

– Des implants intracorticaux sont déjà utilisés dans le domaine médical et font l’objet de prometteuses avancées. Ils aident à lutter contre les maladies neurodégénératives tels que l’Alzheimer et le Parkinson. D’après les données de l’association britannique de neuroscience, 100 000 personnes souffrant de Parkinson porteraient un implant de ce genre. L’appareil stimule des neurones spécifiques pour ainsi redonner un certain contrôle aux personnes et réduire les tremblements.

– De son côté, Elon Musk développe en ce moment même en partenariat avec sa Start-Up Neuralink un implant cérébral capable de redonner la parole et la mobilité aux personnes paralysées.

– Au-delà de ces implants greffés à notre cerveau, on peut s’attendre dans les années à venir à un cerveau augmenté. Nos pensées ne seront plus d’origine biologique, elles émaneront d’un « cloud »; un nuage artificiel en réseau. Nous serons capables d’effacer de mauvais souvenirs de notre mémoire et de gérer toute l’information reçue.

Organes

– Selon les recherches, en exploitant les cellules-couches on arrivera à fabriquer des organes in vitro à l’aide de l’imprimante 3D. Le coeur, le poumon, le rein, la peau et les cellules responsables du vieillissement seront remplacés par des organes artificiels.

Alors, comme on vient de le voir les transhumanistes ont une vision très futuriste de l’être humain. Ils imaginent un être éternel, et ce, grâce à la technologie. Je vous pose la question: seriez-vous prêt à vivre éternellement?

Avec son entreprise Neuralink, Elon Musk ambitionne de développer des implants neuronaux destinés aux êtres humains. Lors d’une conférence de présentation du prototype, l’entrepreneur a révélé que des expérimentations étaient déjà en cours sur des truies. Cependant, certains scientifiques doutent toujours de la possibilité de déployer, à terme, un tel dispositif.

Révolution scientifique ou fantasme transhumaniste ?

Comme souvent avec Elon Musk, la question fait débat. Souvenez-vous : en 2017, l’entrepreneur américain annonçait la création d’une nouvelle entreprise, Neuralink, destinée à créer des interfaces homme-machine qui permettraient, à terme, de renforcer nos capacités cognitives en agissant directement sur notre cerveau. Trois ans plus tard, la star de la Silicon Valley vient de faire la démonstration en grande pompe de l’avancée de ses travaux, imaginant carrément un futur où l’on pourra « sauvegarder ses souvenirs, et potentiellement les télécharger dans un autre corps ou dans un robot. »

Une puce de 8 millimètres
Le temps d’une conférence d’un peu plus d’une heure retransmise en direct sur YouTube dans la nuit de vendredi 28 à samedi 29 août, des salariés de l’entreprise américaine se sont ainsi succédés sur scène pour présenter les avancées de la dernière version de l’implant neuronal qu’ils ont mis au point. Baptisé The Link, ce dernier fonctionne grâce à la technologie Bluetooth pour communiquer avec l’ordinateur auquel il est relié. Comme le note France Info, à l’origine, l’interface devait « prendre la forme de minuscules électrodes reliées à un appareil situé sur le crâne, à proximité de l’oreille, lequel faisait le lien avec un ordinateur. » Mais c’est finalement une puce de 8 millimètres, devant directement être implantée à l’intérieur du crâne pour fonctionner, qui a été conçue.

Tesla s’est d’ailleurs réjoui du fait que l’activité neuronale de Gertrude a d’ores et déjà pu être observée en temps réel sur un écran, lorsqu’elle avançait sur un tapis roulant dans son enclos. Avant d’annoncer, tout sourire, que Neuralink venait d’obtenir l’approbation des autorités sanitaires américaines pour passer à l’étape des « implantations humaines », sans donner plus de précisions.

« Sur le long terme, je suis certain que chacun pourra retrouver l’usage complet de son corps »

Au-delà du contexte de bataille autour de l’intelligence artificielle dans lequel il s’inscrit, le projet a pour objectif (affiché) d’offrir des solutions aux patients atteints de maladies neurologiques. Car à partir des signaux envoyés par la puce, l’ordinateur qui reçoit les informations est capable de visualiser à tout moment où se trouvent chacun des membres du corps en question — une fonctionnalité potentiellement très prometteuse pour les personnes paraplégiques, par exemple. « Sur le long terme, je suis certain que chacun pourra retrouver l’usage complet de son corps », veut croire Musk.

Ambitions commerciales
Malgré l’enthousiasme du milliardaire, de nombreuses voies scientifiques se sont élevées en marge de la conférence pour lui rappeler la structure très particulière du cerveau humain, qui le rend particulièrement délicat à manier. « Chaque cerveau a une structure unique, massivement interconnectée », met notamment en garde Dean Burnett, chercheur à l’université de Cardiff, auprès de l’AFP. D’autant que, comme souvent avec les projets de celui qui est aussi le patron de Space X, ambitions commerciales et scientifiques semblent se confondre : « L’objectif du fantasque patron, avec cette présentation sur YouTube, était avant tout de séduire et recruter de nombreux ingénieurs, chirurgiens, chimistes, spécialistes de la robotique et autres, poursuit l’AFP dans son article sur le sujet. La start-up ne compte qu’une centaine de salariés, mais en espère 10 000 aussi vite que possible. »

« La plupart des prétentions médicales de Neuralink restent hautement spéculatives »

Un mélange des genres qui donne un aspect spectaculaire à ce genre de présentation, mais dont rien n’indique qu’il tiendra ses promesses d’un point de vue purement scientifique. C’est précisément ce que dénonce le spécialiste des biotechnologies Antonio Regalado dans un article très éclairant publié par la MIT Technology Review : « La plupart des prétentions médicales de la société restent hautement spéculatives, avance-t-il. Bien que Musk affirme que ses implants “pourraient résoudre la paralysie, la cécité, l’audition”, ce dont [la science] manque actuellement, ce n’est pas 10 fois plus d’électrodes mais des connaissances scientifiques sur les déséquilibres électrochimiques. » De quoi doucher les espoirs et les craintes suscitées par l’idée d’un cerveau humain « augmenté ». Pour l’instant ?