[Total : 5    Moyenne : 2/5]

Désormais je sais que ce courant de pensée est né dans les années 80 en Californie transhumanistes ambitionne d’ajouter un maillon à la chaîne de l’évolution. En s’appuyant sur les progrès de la neurologie, de la biologie, de l’informatique et de la chimie (abrégés en NBIC) ils veulent « améliorer » les humains en greffant, sur leur être naturel, des compléments technologiques.

Ceux-ci décupleraient leurs capacités, les doteraient, pourquoi pas, de nouveaux sens (ça vous dirait de devenir télépathe ?) et, dans la foulée, leur permettraient de viser l’immortalité et d’accéder à un niveau de conscience et d’intelligence que nous ne pouvons pas plus imaginer, qu’un protozoaire ne peut comprendre la logique qui anime l’homo sapiens de base.

Le transhumanisme fleurit surtout en Californie où il est né il y a une trentaine d’années, en même temps que l’informatique grand public, mais pas seulement. On trouve aussi des adeptes en Chine, en Corée (du Sud, le Nord est plutôt orienté vers un retour à l’australopithèque), et en Europe. La France abrite un courant qui, exception culturelle oblige, se veut « technoprogressiste » et modéré. Il milite pour que les modifications futures de l’être humain se fassent dans le respect des valeurs de base que sont la liberté, l’égalité et la dignité. Noble ambition qui ne peut manquer de faire sourire quand on saura que les principaux financeurs des recherches tranhumanistes sont la NASA, l’US Army et, plus récemment Google.

Le sourire se changera d’ailleurs en grimace si on écoute ce que dit de tout cela Jean Michel Besnier, philosophe et enseignant à la Sorbonne. Après avoir observé que les arguments employés pour justifier les techniques transhumanistes s’appuient sur la nécessité de compenser des handicaps mais visent, en fait, un tout autre objectif : réaliser la vieille illusion d’une science qui serait au service exclusif du bonheur de l’humanité. Il illustre son propos en prenant l’exemple des recherches sur les techniques permettant de contrôler l’environnement par la pensée : présentées comme un moyen de venir en aide aux tétraplégiques, les militaires en sont les principaux utilisateurs. Puis il ajoute : « Ce que veut le transhumanisme, ce n’est pas parfaire l’humanité, mais nous arracher à l’humanité. Faire de nous des êtres qui ne naîtront plus mais qui seront fabriqués, lisser la vie psychique, ne plus vieillir grâce au téléchargement de la conscience, éradiquer la souffrance et donc le plaisir. Le désir même, alors que c’est le moteur de l’humanité. Arrêtons de dire que c’est au service de l’humanité alors que c’est pour la détruire ».

Tout ça est très loin de l’affaire Cahuzac, un peu moins du mariage « pour tous » (on peut et on doit s’interroger sur les éventuelles limites de la procréation médicalement assistée et encore plus sur la gestation pour autrui), mais les enjeux sont suffisamment importants pour qu’on y réfléchisse. Faut-il croire aux promesses des transhumanistes qui prédisent à notre espèce un avenir éclatant ou écouter les mises en garde de ceux qui, comme Jean-Michel Besnier pensent que, si ces idéaux se réalisent, « ce sera au prix d’un gouffre créé au sein même de l’humanité ». Ou, en d’autres termes, pour avoir des surhommes, on courir le risque presque inévitable de créer des sous-hommes. Ce danger n’a rien d’imaginaire si l’on veut bien considérer que ceux qui conduiront ce changement sont des êtres humains affligés, eux aussi, de leur part d’ombre. « Vous serez comme des Dieux » promettait le Serpent à Adam et Ève pour les pousser à goûter au fruit de l’arbre du Bien et du Mal. Même si on ne voit qu’une fable dans la Genèse, il n’est pas interdit d’entendre l’avertissement : tout fruit n’est pas comestible, pas plus dans le jardin d’Eden que dans celui de la Science.


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

La singularité technologique est un concept qui voit dans certaines avancées scientifiques la prévision d’une croissance explosive de la connaissance humaine.

Ses aspects révolutionnaires ne se trouvent pas tant au niveau épistémologique que dans les conséquences politiques et sociales d’un tel essor du savoir.

Cet article est le premier volet de trois articles qui tentent de cerner le concept de singularité technologique et ses possibles impacts sur notre société.

La singularité technologique : en route vers le transhumain

L’humain est mort, vive le transhumain ! Des mots qui claquent et rayent nos consciences forgées par des siècles d’une lente et douloureuse dialectique qui n’a eu de cesse de faire et défaire l’humain. Et voilà que quelques extravagants viennent bousculer une construction séculaire ! Les esprits politisés de nos vieux pays tentent cahin-caha d’ignorer ces visions annonciatrices de chaos, et continuent de penser la polis munis de poussiéreuses idées – antiques concepts qui nous ont certes menés à un précaire équilibre social. Pourtant, ces énergumènes terrés devant leurs ordinateurs, que l’on qualifie avec dédain de techno-béats, cyberutopistes, geeks apolitiques, qui ne nourrissent leurs rêves que d’une science-fiction doucereuse, pensent le monde et construisent l’avenir.
Quelle est alors cette menace contre l’humain qui grandit dans la pensée scientifique ? Quelle est cette singularité qui prédit la fin d’un monde ? La singularité n’est point une menace mais une révolution qui fait de la croissance explosive de la connaissance la voie vers le dépassement de l’humain. Une nouvelle ère se dresse devant nous, et la science modèlera l’avenir. Alors risquons-nous à la technomancie !

Singulière singularité

Cet étrange terme singularité correspond à l’avènement d’une courbe exponentielle de l’évolution de la connaissance. La civilisation humaine connaîtra grâce à une découverte scientifique une croissance telle que tous les fondements de notre société ne pourront plus être pensés avec leurs valeurs actuelles. Nombreux sont ceux qui estiment que la singularité technologique sera l’intelligence artificielle. Ce concept trouve ses sources dans la pensée cybernétique du début du XXe siècle, et se trouve être attribué au mathématicien John von Neumann. Il estima dans les années 1950 que l’accélération du progrès humain entraînerait une singularité dans l’histoire humaine.
La singularité technologique fait référence à la singularité gravitationnelle, zone de l’espace-temps où les quantités permettant de calculer le champ gravitationnel deviennent infinies et les connaissances scientifiques actuelles ne peuvent plus s’appliquer. La singularité technologique annoncerait un évènement à nul autre pareil dont l’historicité fausserait toutes les analyses des sciences humaines et sociales. Ce « trou noir » de l’histoire a été popularisé par Vernor Vinge, notamment dans un article de 1993 qui fut largement diffusé, The Coming Technological Singularity : How to Survive in the Post-Human Era. Il voit le début de cette ère dans l’apparition d’une intelligence surhumaine ; elle peut se manifester tantôt dans le développement d’ordinateurs intelligents, notamment à travers une architecture en réseau, tantôt dans l’accroissement de l’intelligence humaine par les avancées de la biologie.

C’est pour quand ?

Les prévisions varient entre 2020 et 2050. Ray Kurzweil, informaticien, futurologue et transhumaniste, estime dans son livre The singularity is near que la singularité apparaîtrait en 2045, tandis que Vernor Vinge prédit, dans son article précédemment cité, une date aux alentours de 2030. Face à une courbe exponentielle de la croissance du savoir, toute la question serait de trouver le nombre e de la fonction exponentielle de l’évolution humaine.

A cette fin, la loi de Moore est intéressante. Gordon E. Moore, chimiste et cofondateur de la société Intel, a expliqué de manière empirique que le nombre de transistors sur les microprocesseurs double tous les deux ans environ. Cela entraîne une croissance exponentielle de la capacité de calcul des ordinateurs. Ray Kurzweil estime néanmoins une possible stagnation de cette loi avec l’atteinte des limites des microprocesseurs actuels en 2019. Elles seraient toutefois rapidement dépassées par de nouvelles technologies comme l’ordinateur quantique, qui catalysera sans aucun doute la recherche informatique. Il envisage la généralisation de la loi de Moore dans sa théorie the law of accelerating returns à d’autres domaines scientifiques liés à cette capacité de calcul. Cette croissance exponentielle continuerait jusqu’à atteindre la singularité, soit une intelligence surhumaine pour Kurzweil. Il estime que le progrès qui aura lieu au cours du XXIe siècle correspondra à l’équivalent de 20 000 ans d’évolution humaine. L’ingénieur Robert Zubrin juge que la singularité technologique nous conduirait à une civilisation de Type I sur l’échelle de Kardashev, qui mesure l’évolution des civilisations sur une base technologique en fonction de la quantité d’énergie pouvant être utilisée. Nikolaï Kardashev estimait qu’une civilisation de Type I aurait le pouvoir d’utiliser l’équivalent de toute l’énergie disponible sur sa planète, de toute son étoile pour le Type II et de toute sa galaxie pour le Type III. Selon Guillermo A. Lemarchand, l’énergie en question pour une civilisation de Type I correspond à une valeur entre 1016 et 1017 watts.

Une telle idée d’accélération du progrès alarme l’esprit qui tente de la cerner, mais de quelle façon notre société envisagera sa propre croissance technologique ? A suivre…