[Total : 5    Moyenne : 2/5]

Désormais je sais que ce courant de pensée est né dans les années 80 en Californie transhumanistes ambitionne d’ajouter un maillon à la chaîne de l’évolution. En s’appuyant sur les progrès de la neurologie, de la biologie, de l’informatique et de la chimie (abrégés en NBIC) ils veulent « améliorer » les humains en greffant, sur leur être naturel, des compléments technologiques.

Ceux-ci décupleraient leurs capacités, les doteraient, pourquoi pas, de nouveaux sens (ça vous dirait de devenir télépathe ?) et, dans la foulée, leur permettraient de viser l’immortalité et d’accéder à un niveau de conscience et d’intelligence que nous ne pouvons pas plus imaginer, qu’un protozoaire ne peut comprendre la logique qui anime l’homo sapiens de base.

Le transhumanisme fleurit surtout en Californie où il est né il y a une trentaine d’années, en même temps que l’informatique grand public, mais pas seulement. On trouve aussi des adeptes en Chine, en Corée (du Sud, le Nord est plutôt orienté vers un retour à l’australopithèque), et en Europe. La France abrite un courant qui, exception culturelle oblige, se veut « technoprogressiste » et modéré. Il milite pour que les modifications futures de l’être humain se fassent dans le respect des valeurs de base que sont la liberté, l’égalité et la dignité. Noble ambition qui ne peut manquer de faire sourire quand on saura que les principaux financeurs des recherches tranhumanistes sont la NASA, l’US Army et, plus récemment Google.

Le sourire se changera d’ailleurs en grimace si on écoute ce que dit de tout cela Jean Michel Besnier, philosophe et enseignant à la Sorbonne. Après avoir observé que les arguments employés pour justifier les techniques transhumanistes s’appuient sur la nécessité de compenser des handicaps mais visent, en fait, un tout autre objectif : réaliser la vieille illusion d’une science qui serait au service exclusif du bonheur de l’humanité. Il illustre son propos en prenant l’exemple des recherches sur les techniques permettant de contrôler l’environnement par la pensée : présentées comme un moyen de venir en aide aux tétraplégiques, les militaires en sont les principaux utilisateurs. Puis il ajoute : « Ce que veut le transhumanisme, ce n’est pas parfaire l’humanité, mais nous arracher à l’humanité. Faire de nous des êtres qui ne naîtront plus mais qui seront fabriqués, lisser la vie psychique, ne plus vieillir grâce au téléchargement de la conscience, éradiquer la souffrance et donc le plaisir. Le désir même, alors que c’est le moteur de l’humanité. Arrêtons de dire que c’est au service de l’humanité alors que c’est pour la détruire ».

Tout ça est très loin de l’affaire Cahuzac, un peu moins du mariage « pour tous » (on peut et on doit s’interroger sur les éventuelles limites de la procréation médicalement assistée et encore plus sur la gestation pour autrui), mais les enjeux sont suffisamment importants pour qu’on y réfléchisse. Faut-il croire aux promesses des transhumanistes qui prédisent à notre espèce un avenir éclatant ou écouter les mises en garde de ceux qui, comme Jean-Michel Besnier pensent que, si ces idéaux se réalisent, « ce sera au prix d’un gouffre créé au sein même de l’humanité ». Ou, en d’autres termes, pour avoir des surhommes, on courir le risque presque inévitable de créer des sous-hommes. Ce danger n’a rien d’imaginaire si l’on veut bien considérer que ceux qui conduiront ce changement sont des êtres humains affligés, eux aussi, de leur part d’ombre. « Vous serez comme des Dieux » promettait le Serpent à Adam et Ève pour les pousser à goûter au fruit de l’arbre du Bien et du Mal. Même si on ne voit qu’une fable dans la Genèse, il n’est pas interdit d’entendre l’avertissement : tout fruit n’est pas comestible, pas plus dans le jardin d’Eden que dans celui de la Science.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*