[Total : 0    Moyenne : 0/5]

les X-Men cette figure de science-fiction porte en elle les germes du transhumanisme. Mutant, immortel et amélioré par la science, Logan est l’incarnation même de ce que pourrait être l’homme de demain, l’homo Superior, avec un grand S pas comme Superman.

Chez Ecrans.fr, nous n’avons donc pas hésité à établir le portrait de ce philosophe en posant la question révolutionnaire qui va bouleverser la science moderne et inspirer les sujets de philosophie du bac 2014 : « Wolverine est-il le dernier des philosophes transhumanistes ? ». Une thèse presque de bonne foi défendue avec le soutien du philosophe Thierry Hoquet .

Wolverine, le combat de l'immortel, un des premier transhumain

Wolverine, le combat de l’immortel, un des premier transhumain

Mutatis Mutant X

Apparu en 1974 dans Incredible Hulk #180, le super-héros Wolverine, aussi nommé Serval ou Glouton dans les éditions françaises (les super-héros c’est comme le rock, cça passe toujours mieux en anglais) est un mutant. Du fait de cette particularité génétique, il est devenu, comme le reste des X-Men, un symbole dans la lutte pour la reconnaissance des différentes minorités. Afro-américains, juifs ou encore homosexuels (qui ont eu droit au premier mariage gay dans Astonishing X-Men #51, bien avant que Frigide Barjot ne fasse des siennes), tous ont pu un jour se reconnaître à travers un des jeunes élèves de Charles Xavier. Le mutant, c’est l’autre, à la fois semblable et différent. Dans ces conditions, le parallèle entre un groupe d’individus mis au ban de la société et une classe d’étudiants victimes de discriminations est évidente.

Pourtant, nous devrions tous nous sentir concernés par la cause mutante : « Nous sommes tous des mutants, chacun a une singularité, fait remarquer Thierry Hoquet. En chaque homme se joue l’avenir de l’espèce et la promesse de quelque chose de nouveau, c’est toute l’idée de la théorie évolutionniste. » Une évolution à laquelle nous sommes tous confrontés notamment à l’adolescence, période à laquelle le charmant bambin se transforme en mutant poilu et boutonneux. Ce traumatisme de la puberté que connaissent bien aussi nos homologues super-héroïques a dû être particulièrement difficile pour le jeune Logan.

Dans Wolverine Origin (le comic book paru entre 2001 et 2002, à ne pas confondre avec X-men origins : Wolverine, le film qui prend quelques libertés), le jeune James Howlett, de son vrai nom, se découvre des griffes et un caractère bestial. C’est bien là la spécificité du personnage : de tous les X-men, il est le plus animal, même le Fauve semble plus humain sous sa fourrure de gros nounours bleu. Mais malgré sa pilosité qui rendrait jaloux le Sean Connery de la belle époque et sa fâcheuse manie de tout renifler, Logan n’en reste pas moins un être humain, et même un grand sensible. « C’est tout le débat des mutants, il y a ceux qui disent “nous sommes comme vous avec nos différences” [les X-men, ndlr] et ceux, les mutants plus sombres, qui considèrent que l’évolution est advenue par le succès de quelques mutants, précise le philosophe. Il y a l’idée que certains mutants sont déjà autre chose, une autre forme d’humanité, voire une autre espèce. »

Une théorie défendue par Magneto et ses sbires, mais bien avant déjà par Hugo de Vries. En 1901, ce botaniste néerlandais avance l’idée que l’évolution passe par des mutations radicales permettant de franchir le cap entre une espèce et une autre, là où Darwin pensait l’évolution comme une accumulation de petites transformations du génome. Logan étant contemporain de ces deux scientifiques, on ne peut douter qu’il a sérieusement étudié ces deux théories et on peut affirmer sans erreur que Wolverine est darwiniste tandis que son double maléfique et féroce, Dent-de-Sabre, semble être clairement partisan de De Vries.

Man of Adamantium

Objet philosophique, Wolverine est aussi une expérience scientifique. Dans les comics du début des années 1990, on apprend que le gouvernement canadien, tirant parti des extraordinaires pouvoirs de régénération du mutant, l’a incorporé contre son gré au projet Weapon X. Derrière ce nom évocateur, le projet consistait à créer une machine à tuer ultime en enduisant allègrement le squelette de Logan d’Adamantium, un métal indestructible. Pour notre docteur ès philosophie, c’est la marque d’une double évolution : « Wolverine est une figure hybride, un croisement entre un mutant et un cyborg. Il est doté d’une régénération organique à laquelle on a greffé un squelette en adamantium. Il a un outillage incorporé, c’est le mélange de l’organique et de la technique. »

En cela, le héros inventé par Len Wein est un parfait produit de son époque. En 1974, l’ambiance est à la guerre froide, à la course à l’armement, mais aussi à la conquête spatiale. « En 1985, sans son Manifeste Cyborg, Donna Haraway, explique que le terme Cyborg est apparu dans les années 1960, dans un contexte militaire. Pour partir dans l’espace on avait besoin de soldats améliorés, cuirassés physiquement mais aussi psychologiquement et émotionnellement. » Un conditionnement qui colle parfaitement avec les expérimentations menées sur notre mutant velu, dont la mémoire a été altérée par des implants cybernétiques et par son aptitude naturelle à effacer toutes les séquelles dues à des traumatismes.

Si certains s’enthousiasment de la résistance physique et des quelques avantages que procure le squelette métallique du héros, il ne faut pas y voir une promotion du progrès scientifique. La science médicale progresse sur le plan des organes cyborgs et autres nanotechnologies salvatrices, mais l’histoire même de l’humain amélioré technologiquement est liée avant tout à l’usage militaire. Thierry Hoquet tire la sonnette d’alarme :« La recherche se pare de prétextes médicaux pour paraître acceptable. Tout le monde soutient l’idée d’un homme réparé, d’un handicapé qui pourrait remarcher, d’un aveugle qui pourrait revoir grâce à la technologie. Mais derrière ce cyborg modeste ce cache le soldat de demain. »
La science-fiction regorge d’exemples d’applications militaristes de la science et souvent ce tropisme est lié à celui de la dépendance. « L’homme a toujours été une espèce technique, dépendante d’une ensemble d’outillage. Les outils sont créés pour compléter l’organisme, ce sont des organes projetés, extérieurs, comme le dit Hernst Kapp. En ce sens nous sommes tous des cyborgs. Mais pour avoir accès à ces technologies, à ce pouvoir, il faut entrer dans un système. Il y a un prix à payer : c’est la perte de notre liberté. On s’aliène pour avoir accès à des prestations. A partir du moment où on subit une greffe, il y a des propriétaires. »

Le thème a déjà été abordé par des films comme Repo Men (2010), mais il n’y a pas besoin de chercher des exemples au cinéma pour illustrer cette dépendance à risques. Le simple fait de laisser ses données privées entre les mains d’entreprises pour pouvoir utiliser des outils technologiques, nous place déjà dans une situation de cyborgs à la merci de leur créateur. Et si Wolverine, en hacktiviste extrémiste, a passé au fil de ses griffes ses pères technologiques, les internautes ont des recours moins violents et moins efficaces face aux firmes soupçonnées de collaborer avec la NSA. « La technique n’est pas un objet individuel, c’est un système. La question c’est de savoir si on peut faire machine arrière une fois que l’on a un doigt dans l’engrenage. » Morale de l’histoire : mieux vaut céder ses données privées que de se faire greffer un squelette en adamantium.

La solitude de l’Immortel

Son double statut de mutant et de cyborg fait de Wolverine un être, si ce n’est immortel, tout du moins doté d’une longévité exceptionnelle, voire même excessive. En effet, du Raymond Fosca de Simone de Beauvoir à Christophe Lambert dans Highlander, l’immortalité a toujours été perçue comme une malédiction. Ce qui paraît être bénéfique au début se révèle très vite être un vrai fléau une fois que le personnage s’aperçoit que cela le condamne à une éternité de solitude. Dans Old Man Logan (2009), Mark Millar joue avec cette idée et dépeint un Wolverine terriblement âgé et désabusé, dans un monde post-apocalyptique où ses amis X-Men sont pour la plupart décédés. Le héros a souvent eu une image de franc-tireur « eastwoodien » en partie à cause de sa sauvagerie plus ou moins contrôlée, mais aussi justement parce que les proches de Serval ont une forte tendance à mourir dans des circonstances tragiques alors qu’il peut sortir indemne d’une catastrophe nucléaire.

Néanmoins si l’on regarde bien, Wolverine n’est pas le plus solitaire de tous les immortels. Il évolue dans l’univers Marvel avec ses 5000 personnages, il compte parmi ceux qui collaborent avec le plus d’équipes super-héroïques (Vengeurs, X-Men, Alpha Flight, etc.) et malgré ses peines de cœur et les décès de ses compagnes successives, notre petit Glouton est un coureur de jupons qui compte une sacrée liste de conquêtes amoureuses (son sex-appeal venant bien entendu de sa pilosité). Loin de s’apitoyer sur son sort, Logan a su très vite profiter des avantages de sa capacité de guérison et des excès que cela permet. Ainsi son goût pour les soirées de débauches à grands coups de substances illicites ou d’alcool n’est plus à prouver.

Nous devrions donc tous tirer des leçons de ce maĂ®tre zen (il a passĂ© de nombreuses annĂ©es Ă  mĂ©diter au Japon, c’est Marvel qui le dit) qui a su concilier vie Ă©ternelle et hĂ©donisme. Pour notre philosophe, le comportement du hĂ©ros de comics est une preuve de sagesse : « Le rapport avec l’immortalitĂ© oblige Ă  penser quel est le statut de la mort chez l’Homme, le vivant en gĂ©nĂ©ral. Est-ce que c’est une nĂ©cessitĂ© ? On a tendance Ă  considĂ©rer que si on perd la mort, on perd la culture, faite d’Eros (l’amour) et de Thanatos (la mort). L’immortalitĂ© serait la nĂ©gation de la condition humaine. Mais chez les transhumanistes, la mort c’est comme la maladie, on peut la dĂ©passer, car ce qui dĂ©finit l’homme c’est l’arrachement Ă  sa condition. La quĂŞte de l’immortalitĂ© c’est très humain. » Une preuve de plus que Logan est en avance sur le commun des mortels dans la quĂŞte de la sĂ©rĂ©nitĂ© post-humaniste. De la Ă  dire que Wolverine : le combat de l’immortel restera dans les mĂ©moires… on ne peut pas soutenir toutes les thĂ©ories farfelues.

 


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Bonjour, je suis Marc Roux, président de l’Association Française Transhumaniste : Technoprog ! et je me propose de vous expliquer un mot rapide sur quel peut être le transhumanisme, sur l’association Technoprog ! et sur l’importance qu’occupent les sciences du numérique dans la réflexion transhumaniste.

Qu’est-ce que le transhumanisme ?

Le transhumanisme est un mouvement de pensée philosophique, proposant une vision matérialiste de la planète entière. Il considère que :

L’humain est en constante évolution et non une entité stable.

La convergence NBIC – Nano et Bio technologies, sciences Cognitives mais Ă©galement de l’Information – offre depuis quelques dĂ©cennies la possibilitĂ© Ă  l’humain d’accĂ©lĂ©rer et de mieux contrĂ´ler sa propre Ă©volution.

L’humain souhaite accroître son espérance de vie salutaire, à développer ses facultés cognitives et sensorimotrices, mais aussi à se rendre plus apte à jouir de sa liberté et du bonheur au sein d’une vie sociale plus harmonieuse.

L’Association Française Transhumaniste : Technoprog !

Aujourd’hui, il est nécessaire que la société civile se saisisse de cette question du Transhumanisme. Alors que, depuis plus dix, les décisions ont été prises dans les couloirs ministériels, les conseils d’administration de grandes entreprises ou les laboratoires de recherche, c’est auprès un large débat démocratique qui devrait permettre de dégager les orientations que nous souhaitons donner à notre évolution, en tant qu’individus et en tant qu’espèce.

Technoprog ! cherche à promouvoir les sciences et les méthodes qui pourraient permettre une amélioration de la condition biologique de l’humain mais elle cherche d’abord à informer sur l’urgence de la question transhumaniste et donc elle participe à l’organisation du débat national. Simplement, elle tend à montrer comment une évolution de type transhumaniste pourrait être bénéfique pour l’ensemble de nos sociétés. Elle insiste enfin pour faire prévaloir l’idée que, face aux avancées déjà très rapides de ces technologies, il nous faut être particulièrement attentifs au respect des équilibres au reste dans les domaines de la santé publique, de l’environnement que de la justice sociale. Elle se distingue du transhumanisme d’origine anglo-saxon et d’inspiration néolibérale en promouvant un techno-progressisme privilégiant l’humain.

C’est parce qu’il est question de l’humain que si les espoirs sont immenses, les responsabilités sont également immenses.

La place du numérique dans la réflexion transhumaniste

Il doit être dit ici tout particulièrement combien les sciences de l’information et les technologies numériques ont joué et jouent un rôle déterminant dans la pensée transhumaniste.

Si les transhumanistes estiment que nous avons été maintenant en mesure d’intervenir dans la définition biologique de l’humain, c’est grâce aux progrès gigantesques qui ont été réalisés ces dernières décennies d’abord dans ces domaines scientifiques et techniques.

Ce sont d’abord les avancées de l’informatique qui ont démultiplié les moyens et les capacités de matériels non seulement comme les ordinateurs mais encore les microscopes électroniques, puis les microscopes à effet tunnel qui permettent aujourd’hui de manipuler la matière à l’échelle de l’atome donnant naissance à ce domaine crucial de la convergence technologique que sont les nanotechnologies. Ce sont les mêmes progrès des sciences numériques qui ont permis le déchiffrage du code génétique et qui font aujourd’hui que le coût du séquençage complet de l’ADN est sur le point de s’effondrer. Ce sont bien entendu les mêmes progrès qui sont à la base de tout le développement de l’internet mais aussi de tout un secteur qui a déjà commencé à bouleverser nos sociétés et je pense ici à le progrès de la robotique et des systèmes automatiques généralement. Enfin, pour terminer ce rapide tour des domaines de la convergence NBIC, après les nanos, les bios et les infos-sciences, il nous reste les cogno-sciences, c’est-à-dire les sciences du cerveau, cet organe dont on dit qu’il est la majorité complexe de tous les objets que nous connaissons dans l’univers.

Or aujourd’hui, ce sont les sciences numĂ©riques qui permettent que les grandes puissances de la recherche scientifiques, Europe, Etats-Unis, Chine, Japon, se lancent dans des programmes de simulation qui visent Ă  reproduire l’intĂ©gralitĂ© du fonctionnement neuronal. C’est le projet BRAIN aux etats-unis d’amĂ©rique ou le Human Brain Project en Europe. A terme, si notre comprĂ©hension du fonctionnement de l’intellect humain devenait suffisant, certains vont jusqu’à penser que nous pourrions parvenir Ă  faire Ă©merger d’une Intelligence Artificielle une vĂ©ritable conscience. Ce n’est plus de la science-fiction. Il s’agit d’une vĂ©ritable hypothèse scientifique.

Les sciences de l’information occupent donc une place privilégiée dans la réflexion transhumaniste et elles ne devraient cesser de si tôt de l’occuper. En effet, nous avons le pouvoir de considérer que nous assistons à une « algorithmisation » croissante de nos sociétés. Que ce soit pour gérer la bourse, l’internet, nos futurs robots domestiques, la prévention de notre santé ou la « cyborgisation » progressive de l’humain, nous aurons besoin de lignes de programme à tout moment plus perfectionnées.

Ceci a une conséquence sur laquelle les transhumanistes ne sont pas les seuls à insister. Nous devons impérativement mettre l’accent sur l’enseignement des sciences et tout particulièrement des sciences du numériques de façon que les citoyens de cette société humaine en devenir puisse en comprendre les ressorts et en maîtriser suffisamment les arcanes. Cela nous paraît essentiel pour que notre condition d’humains en mutation puisse continuer à être la condition d’humains libres et égaux en dignité et en droit.